Macron Impressionné par la réaction de l'Italie face à la pandémie

Macron Impressionné par la réaction de l’Italie face à la pandémie. Unis sur la Libye

Rencontre entre les deux présidents sur quel sujet ?

La rencontre entre les deux présidents a donné lieu à de nombreux points de convergence et à des projets communs, comme le service civil pour les jeunes Italiens et Français.

PARIS – Ils se sont rencontrés sur les marches menant à l’entrée du palais de l’Élysée : Emmanuel Macron, le jeune président, a serré de ses mains les épaules de Sergio Mattarella, le président aux cheveux blancs. Interlocuteur privilégié de Macron même lorsque les choses allaient mal (très mal même) entre l’Italie et la France, c’est le premier voyage de Mattarella de l’autre côté de la frontière depuis que la pandémie a éclaté. « Notre relation personnelle d’amitié renforce les relations entre les deux pays », a déclaré le président italien. Et Macron : « La France accueille un ami mais aussi une personnalité éminente qui a toute notre estime. » »C’est la première fois que je voyage à l’étranger et je suis heureux d’être ici », a poursuivi M. Mattarella, « la France et l’Italie ont un lien vraiment unique, fondé sur des valeurs et des visions communes ».

France et l’Italie ont un lien vraiment unique fondé sur des valeurs

La France et l’Italie ont un lien vraiment unique, fondé sur des valeurs et des visions communes » et « notre relation s’est renforcée avec le fonds de relance, un défi auquel nos deux pays sont arrivés avec une position commune. En effet, si l’UE a pris conscience de la nécessité de cet instrument, c’est aussi grâce à Macron. La pandémie est restée présente dans toutes les discussions entre les deux parties. L’Italie a été le premier pays à être fortement touché par Covid », a souligné M. Macron, « et la manière dont vous avez réagi à l’inimaginable nous a tous impressionnés. Cependant, « ensemble, nous avons réussi à créer une solidarité européenne. L’année écoulée a été marquée par une forte volonté de l’Allemagne, de la France et de l’Italie de construire une ambition européenne ». Nous avons exprimé notre aspiration à une Europe plus juste et plus verte », a poursuivi le président français, faisant référence aux discussions d’aujourd’hui à l’Élysée, « et qui donne plus de place à la jeunesse européenne.

UE, Mattarella : « La conférence sur l’avenir de l’Europe est une occasion historique ».

À cet égard, Macron et Mattarella ont déjà lancé un projet concret : offrir aux jeunes des deux pays la possibilité d’un service civil franco-italien. « Nos administrations sont prêtes à définir rapidement les modalités », a déclaré le président italien. Les deux hommes ont également évoqué le projet de traité du Quirinal : « Il faut donner forme à cette relation intense », a déclaré M. Mattarella, « ce traité de coopération renforcée est une exigence naturelle. Elle devra mieux structurer la relation entre Paris et Rome, avec des mécanismes codifiés. Elle pourrait être conclue dès l’automne. Il y a eu une harmonie entre les deux présidents également sur la Libye (et cela n’a pas toujours été le cas entre l’Italie et la France ces dernières années…) et ils ont indiqué ensemble l’importance de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, que Macron a lancée en mai pour recueillir des indications sur les réformes nécessaires pour relancer l’UE, en vue de la présidence française de l’Union, au premier semestre 2022.

La visite d’État de Mattarella en France a également une forte valeur symbolique.

Il représente le rapprochement définitif entre l’Italie et la France après les tensions très dures qui avaient éclaté à l’époque du gouvernement jaune-vert, avec la Lega et le M5S au pouvoir. En février 2019, Luigi Di Maio, avec Alessandro Di Battista, rencontre en France l’un des leaders du mouvement des gilets jaunes, déclarant :  » Le vent du changement a traversé et les Alpes « . La France a rappelé son ambassadeur en Italie, Christian Masset, à Paris : cela n’était pas arrivé depuis la Seconde Guerre mondiale. Et encore, en juillet 2019, Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur, a déserté le sommet sur les migrants à Paris, car « nous ne recevons pas d’ordres de Macron ». Mattarella était alors la bouée de sauvetage du président français pour sauvegarder la relation entre les deux pays. Aujourd’hui, les deux amis se sont retrouvés.

Mattarella : « Un lien unique entre l’Italie et la France, nous sortirons ensemble de la pandémie ».